Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Mosaïques d'Histoire (S)

Jean-Marie Dumarquez, auteur rebelle

Jean-Marie Dumarquez, auteur rebelle
C’était une belle histoire ! Celle d’une casquette envolée qui ouvre la voie à d’autres imaginaires et monopolise l’attention de la classe. Et du haut de ses 9 ans, le petit Jean-Marie avoua spontanément que ce n'était pas une histoire vraie, contrairement à la consigne énoncée. Zéro pointé ! « J’ai compris ce jour-là le pouvoir des mots… »
Fort de cette expérience, Jean-Marie noircit du papier. Ses aptitudes littéraires se révèlent au lycée Fermat quand il remporte un prix au Concours Européen des Ecoles, confortées par son professeur de philosophie qui gratifie un devoir dédié à Malebranche de cette appréciation lapidaire : « Chef d'œuvre de nullité où tout est mélangé, faux et bête ! Mais vous avez un style… »
Pour faire plaisir à « papa », il suit une filière scientifique avant de bifurquer vers la voie littéraire. « Je voulais être journaliste, mais nous étions en 1968, avec tout ce que cela impliquait : tout oser, tout tenter, tout goûter, surtout ce qui était interdit, la révolution dans la tête et l’insouciance en bandoulière. Mes années d’études furent des années d’expérimentation », poursuit-il. « Inscrit en Lettres Modernes, je suivais en parallèle les cours de Science Po dont je me suis fait virer pour un quiproquo autour d’un panneau d’affichage ! »
Le rebelle Jean-Marie devient agent immobilier, toujours habité par ses rêves d’édition. « Ce fut chose faite à 52 ans, avec Station Terminus », ponctue-t-il d’un sourire, « grâce à Jocelyne, ma femme, qui a su me faire oublier mes doutes ». Vinrent ensuite Les Seigneurs d’Amaury, finaliste du prix de l’Embouchure 2012 (prix du polar toulousain), City Blues, puis Un été de cendres, son dernier ouvrage.
« Un auteur se doit d’être précis, percutant. Il ne peut laisser place à l'ambiguïté, les mots doivent être justes, chaque phrase doit résonner », et de conclure : « Ecrire, c'est rétablir une réalité qui nous convient. C'est une revanche, mais personne ne le sait, c'est entre soi et soi, car les émotions de papier sont tout aussi intenses que les vraies. Pour moi, écrire est un jeu, mais aussi une nécessité, comme respirer ».
http://www.jean-marie-dumarquez.fr/
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article