Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Mosaïques d'Histoire (S)

Médecine et peinture : l’art de Gilbert Guiraud

Médecine et peinture : l’art de Gilbert Guiraud

Subjugué : tel est le mot qui convient le mieux à l’impact provoqué par ses paroles. Il suffit d’une seule phrase et Gilbert Guiraud vous emporte dans l’histoire et les histoires. Les muretains le connaissent bien. Quand il a pris sa retraite de médecin rhumatologue, beaucoup ont regretté ses soins et l’humanité qui les enveloppait. Avant d’exercer la rhumatologie à Muret, Gilbert Guiraud a été radiologue à la clinique des Cèdres. Cette discipline lui a sans aucun doute donné le goût de la paléo-pathologie. « C’est l’étude des maladies de nos ancêtres à partir très souvent de pièces squelettiques radiographiées » explique Gilbert Guiraud. Passionné, il entreprend dans les années 80 des études d’Histoire de l’Art et d’Archéologie ; la motivation est à son comble surtout après la « découverte d’un fragment d’os de titanosaure dans les marnes d’Auzas ! » Mais la pratique de l’archéologie reste peu compatible avec son activité professionnelle et Gilbert Guiraud choisit la peinture ; il aime partager ses connaissances et il raconte au gré de conférences l’ostéosarcome dont est mort Arthur Rimbaud, la polyarthrite d’Auguste Renoir et de Raoul Dufy, la sclérodermie de Paul Klee , l’histoire de « la douleur à l’état brut » à travers l’étude du tableau de Picasso Guernica, ou encore la vocation médicale avortée d’André Breton ! Mais ces incursions dans d’autres domaines que la médecine ne le détourneront pas de sa passion première : l’étude de l’acupuncture et de la médecine chinoise. Celle-ci l’amènera à s’intéresser à l’histoire de la médecine et plus particulièrement ses rapports avec l’histoire de l’art et la boucle est bouclée ! « Et comme il y a une autre vie après la retraite » avoue avec gourmandise Gilbert Guiraud « pourquoi ne pas reprendre ma thèse sur le peintre Balthus laissée longtemps en déshérence. Au fond ce sont les rencontres d’hommes et de femmes, toujours riches de leur différence, au fil de ma pratique médicale, qui n’auront cessé d’entretenir ma curiosité et la porter sur d’autres rives. »

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article