Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Mosaïques d'Histoire (S)

LE CHARME BUCCOLIQUE DE JUSTARET

Justaret est un quartier de la commune de Pins-Justaret

Justaret est un quartier de la commune de Pins-Justaret

~~Sa statue, à l’angle du chemin de l’Ariège et de la rue de la vierge la bien nommée veille sur le quartier de Justaret. C’est au lendemain des terribles inondations de 1875 que les habitants du quartier l’ont érigée en remerciement de sa protection. Les hommes furent épargnés, les maisons eurent moins de chance . L’Ariège est un fleuve capricieux et cruel comme en témoigne l’histoire mais elle réserve pour les promeneurs une balade bucolique qui permet de découvrir ce quartier de Pins-Justaret . La statue de Marie est le point de repère pour descendre vers la rivière et vers une jolie plage très prisée pour les piques niques ou les baignades. Cassandre entre autre, le golden retriever associé à cette rubrique est une adepte. Après avoir juste trempé les pattes et les pieds ! - il ne faut pas oublier que l’Ariège est dangereuse - , vous pouvez longer le fleuve. Imaginez vous au 12ème siècle quand Justaret était une sauveté , dépendant de l’abbaye de St Sernin. Au 16ème siècle, Justaret fut également port royal et un droit de péage y était exigé.. Poursuivez le chemin sous la frondaison des arbres et votre œil sera attiré par un pigeonnier pied de mulet, majestueux dans son habit de brique qui rappelle la vocation agricole du quartier au XIXème siècle. Les habitants extrayaient de l’Ariège, cailloux et sable nécessaires aux constructions et à l’empierrement des chemins. Ce sont ces matériaux notamment qui ont été employés pour les travaux de l'église de Pins-Justaret en 1860 . A hauteur de la Hière, affluent qui se jette dans l’Ariège, vous pourrez alors tourner à votre droite à travers le lotissement du Cros et rejoindre votre point de départ. Vous découvrirez à l’angle de l’avenue de Pinsaguel, une vieille maison aux briques de terre qui abrite un pigeonnier ; elle a la particularité d’avoir résisté , la seule d’ailleurs, à l’inondation de 1875 . Sur votre droite, un pigeonnier à deux versants émerge d’une imposante maison de brique. Durant plusieurs générations, elle a abrité la famille Dufour, et c’est avec nostalgie et affection que Mimi et Alexandre reviennent à notre mémoire. Leur âme plane toujours sur le quartier et son histoire.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article